La définition du bonheur : faire ce que l’on veut et vouloir ce que l’on fait.

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:

Et j’ajouterais : accepter tout ce qui est. Voilà les trois grands secrets de la liberté et du bonheur. Celui qui peut se vanter d’être rendu là, est sûrement profondément heureux. La première partie fait référence à la tête. La deuxième au cœur et  la troisième à l’âme. Les trois réunies et voici la recette de la pleine satisfaction de vie. En saisissant cela, vous touchez aux prémices de la paix intérieure.

 

Je cherchais depuis quelques temps une définition du bonheur. Celle qui résumerait le tout. Le bonheur est une notion bien personnelle, une pensée très suggestive qui émerge de notre expérience de vie. Dans ce que nous offre Françoise Giroux, le bonheur réside d’abord dans la liberté d’agir : « faire ce que l’on veut ». Si vous y pensez bien, vous avez toujours cette liberté d’entreprendre ce que vous souhaitez et vous vous y mettez sans trop y penser. Chaque geste, chaque décision proviennent de votre volonté.  Mais qu’en est-il si vous agissez à la demande de quelqu’un ou pour éviter de…, ou par obligation? Atteignez-vous le bonheur? Pas toujours. Il y a des demandes bien astreignantes, que l’on accomplit par devoir,  par routine, parce qu’ « il le faut ». On doit donc convenir que l’on fait toujours ce que l’on veut, mais pas toujours ce que l’on aime.

 

 Donc, pour que cela apporte du bonheur, vous sentez la nécessité non seulement de le vouloir mais aussi d’en avoir l’intention, que cela vienne du cœur. « Vouloir ce que l’on fait», en avoir envie, que cela provienne de soi, d’un élan, d’une pulsion, d’un besoin. En général, quand cela provient du cœur, la joie ou le plaisir accompagne vos gestes. Je vous entends vous défendre en disant : on ne peut pas toujours faire ce qui nous enchante. Je me dis la même chose… puis… j’ai envie de vous dire : et pourquoi pas? Pourquoi ne tourneriez-vous pas chaque action en y trouvant toujours votre compte? Que dans chaque obligation, vous ayez la créativité d’y déposer l’intention d’un plaisir? Avec malice, vous vous jouez le tour d’aimer cela? Vous n’êtes plus victime de rien ni de personne puisqu’à chaque action, vous y mettez votre intention, votre désir du cœur. Vous ne vous alourdissez plus  par toutes vos insatisfactions, regrets, et plaintes puisque tous vos gestes sont maintenant accompagnés d’un plaisir. Utopie? Ou peur d’essayer? Et si cela vous apportait vraiment le bonheur?

 

Et je vous entends encore me dire : « il y a la maladie, la mort, les pertes, les impondérables, les événements de la vie qui ne tournent pas en notre faveur». Voilà pourquoi j’ajoute cette grande sagesse « d’accepter ce qui est ». Vous pouvez tout accepter et d’ailleurs, le jour où vous le faites, un énorme poids s’enlève de vos épaules. Le poids de la résistance. Comme disait l’autre : ça ne change pas les choses mais cela les rend plus supportables. Et ne pensez-vous pas que si vous vous attardez a faire ce que vous pouvez faire de mieux dans ce que vous voulez et que vous voulez le mieux pour vous et pour les autres, qu’alors la vie ira dans le bon sens, c’est à dire, le vôtre? Celui de votre bonheur? Comment pourrait-t-il en être autrement?

Il y a de belles opportunités de bonheur dans l’air… et elles sont pour vous si vous faites ce que vous voulez, que vous voulez ce que vous faites en acceptant ce qui est!

Vous pouvez maintenant écouter Brigitte Morel en ligne vous lire ses billets au www.changementdevie.com

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »