Notre tête est ronde pour permettre à la pensée de changer de direction

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:

Même si, pour nous sécuriser, nous avons tendance à classer nos  informations en blanc ou noir, vrai ou faux, bon ou mauvais, la vie évolue. Tout change. Y résister nous entraîne dans une impasse, à frapper un coin (pourtant absent dans notre tête ronde….) Au contraire, se donner l’opportunité de changer d’idée, faire marche arrière, changer de direction, changer sa façon de voir les choses, de lui donner un peu de souplesse peut avec moins d’effort nous enligner vers la réussite de notre vie.

« Changez de côté vous vous êtes trompés » disait le crieur de la danse à une autre époque et avec beaucoup de rire et quelques cafouillis, on s’exécutait en s’offrant un autre point de vue. Quelqu’un d’autre dansait devant nous et cela changeait notre dynamique. La même chose nous arrive lorsque nous nous permettons de changer notre perspective. Je dis nous car je m’inclus avec intérêt dans le groupe. Il m’arrive souvent d’être coincé dans le labyrinthe de mes pensées. Je prends une avenue et bang, un mur fermé, un obstacle inattendu, une opposition et je dois faire un arrêt pour revoir mes positions. Très souvent, lorsque l’enjeu est minime, je fais marche arrière rapidement, et je trouve un autre chemin. Mais parfois, je me retrouve pour la énième fois dans un cul de sac. Je reste immobile à contempler stoïquement  le mur à quelques centimètres de mon nez.  J’ai beau chercher une solution, je ne la trouve pas. Par chance, je suis tellement fatiguée et découragée de me cogner encore une fois à une fermeture que je me retourne pour m’appuyer dos au mur ce qui me fait  regarder  d’où je viens. Un peu comme lorsqu’on cherche quelque chose qu’on était certain d’avoir déposée à un endroit et que l’on ne trouve pas. On s’arrête et on tente de se remémorer la dernière fois que nous l’avions à la main oui? Alors, je m’applique à découvrir la stratégie qui m’habitait au moment où je me suis engagée dans cette direction et je tente de trouver la mauvaise décision sur le chemin, la mauvaise croyance, le mauvais raisonnement qui fait que je me heurte aujourd’hui à une impasse. Souvent, le problème vient de la mauvaise connaissance de mon objectif. Il n’est sûrement pas assez précis, pas vraiment ce que je veux ou peut-être carrément, pas pour moi.

Dans le cas où l’avancement de mon objectif est bloqué par une personne, c’est  qu’il me manque des connaissances sur  cette personne pour tirer les bonnes ficelles pour la convaincre. Je dois évaluer le problème dans cet angle et changer ma façon d’aborder cette personne. On dit que: « pour atteindre son objectif, il faut permettre à l’autre de réaliser le sien ».

Si mon but est un changement que je souhaite dans ma vie et que j’attends activement depuis longtemps, je dois examiner si mon désir est clair, bien adapté à mes besoins, à ma réalité, et si j’y crois fondamentalement. Si  nous attendons en vain un changement de l’extérieur, c’est probablement parce que nous devons faire un changement à l’intérieur. Faire de la place pour qu’il puisse s’installer confortablement. Abandonner de vieilles croyances se révèle bien souvent bénéfique dans ce cas précis.

Le plus grand danger qui survient toujours lors d’un cul-de-sac  se trouve souvent dans notre volonté d’avoir absolument raison. Posséder « la vérité et vouloir la faire admettre» face à la vie, face à son ex, face à son enfant face à un collègue de travail, engendre toutes les guerres. Nous ne pouvons avoir raison que dans notre réalité à nous. Inutile de tenter de convaincre l’autre.  Tout être humain possède sa carte routière entre ses deux oreilles. Une carte tracée par sa perception sensorielle de la vie (façon de voir, d’entendre, de ressentir) par son histoire, sa culture, ses valeurs, ses traditions et aussi par ses expériences de vie : les bons et mauvais coups. Si vous voulez convaincre quelqu’un, vous devez entrer et respecter sa carte, son modèle du monde sinon vous allez tomber dans le « j’ai raison donc tu as tort ». Personne ne veut perdre à ce petit jeu et des guerres stupides et stériles sont à prévoir.

 

J’ai tendance à croire que notre vie est une suite d’expériences qui nous permettent de s’ajuster pour devenir toujours un peu plus soi même, un peu plus libre, un peu plus authentique. Il s’avère essentiel de pouvoir changer d’idée. Cela demande sans doute du courage pour faire marche arrière ou pour changer de direction ou pour entrevoir un nouvel horizon. Mais si le résultat est de vous permettre de poursuivre votre route avec enthousiasme, l’effort en vaut certes la peine.

pour d’autres articles: www.changementdevie.com 

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »